Accoucher sans douleur…

Accoucher sans douleur…

… ça n’existe pas !

Mais il y a certains moyens pour contourner la douleur

Certaines femmes affirment même qu’elles ont eu un orgasme pendant leur accouchement… ça doit être les mêmes qui demandent un cocktail avec leur placenta pour se réhydrater ensuite et qui disent que l’allaitement c’est trop facile. 

Ça fait 9 mois qu’un petit être a trouvé refuge dans ton ventre, a fait un tetris avec tes organes pour y trouver sa place et a pris des cours de zumba la nuit pour faire ses meilleures chorés. 

Tu t’es doucement habituée à l’idée que 2 coeurs battaient à l’unisson dans ton corps, à l’idée que les vergetures seraient une marque de courage d’avoir porté la vie, et tu sais maintenant qu’on peut avoir une gueule de bois qui dure plusieurs mois sans avoir bu une goutte d’alcool. 

Maintenant il est temps de l’expulser. De redevenir une femme indépendante qui peut dormir sur le ventre, manger du saucisson, boire du vin et se mettre du vernis sur les doigts de pieds.

Nous avons accouché, nous avons lu beaucoup de choses pour se tenir prêtes le Jour J, nous avons fait plein de sortes de cours de prépa à l’accouchement… mais ce serait mentir que de dire que nous étions vraiment préparées à ça et que nous n’avons pas souffert. Parce que face aux contractions, c’est facile de perdre ses moyens et de laisser place au feeling et à l’improvisation. 

Cependant, certaines choses soulagent les contractions, favorisent la descente, diminuent le risque de déchirure et ont fait leur preuve, on te dit tout ! Parce que de toute manière, ça ne te coûtera rien d’essayer…

Le massage du périnée à l’huile de pépin de raisin : secret de grand mère ??

Alors sache que ce n’est pas une partie de plaisir, même si c’est ton mec qui s’y colle. Il faut le faire assidûment et uniquement à partir du dernier mois de grossesse mais il a été prouvé qu’à raison de 10 minutes de massage minimum 3 fois par semaine, ça permettait d’assouplir le périnée, le préparer et ça limitait le risque de déchirure ! Ça vaut le coup d’essayer quand même… Il y a plein de tutos en ligne pour savoir comment t’y prendre !

Les tisanes de feuilles de framboisier : à boire uniquement pendant le dernier mois de grossesse.

Contrairement à ce qu’on peut lire, ça ne permet pas de déclencher le travail mais plutôt de préparer l’utérus pour les contractions qui deviendront  plus efficaces pour agir sur l’ouverture du col pendant le travail. C’est dégueu mais si ça fait le boulot…

L’hypnose : à faire avec un professionnel !

L’idée est de faire de l’auto-hypnose afin de pouvoir rentrer seule en état de méditation le Jour J. Il s’agit notamment de visualiser son refuge, son havre de paix, son lieu de sécurité afin de s’y rendre mentalement pendant les contractions. La visualisation permet vraiment de s’enfermer dans une bulle afin de mieux appréhender et accepter la douleur.

La méthode Bonapace : à faire avec un professionnel !

Cette méthode permet de diminuer de 40 à 50% la douleur de la contraction ! Et de faire participer ton mec qui ne saura pas trop quoi faire à ce moment-là… alors plutôt que de l’insulter, tu vas le remercier. L’idée de cette méthode est de faire pression sur des points précis de ton corps (mains, pieds, dos, fesses, jambes, clavicules) qui vont aider à la progression de la descente du bébé mais surtout qui vont faire mal. Plus mal que la contraction elle-même. Il faut souffrir pour être… mère !

Le yoga prénatal

Composé de méditation, d’étirements et de relaxation, c’est le remède miracle à tous les maux de grossesse : le stress, le dos bloqué, les jambes lourdes… et quoi de mieux qu’arriver à la maternité dans un esprit et un corps sain ?

Bonne nouvelle : toutes ces méthodes peuvent être prises en charge par la sécu si tu trouves une sage femme qui pratique ça en tant que cours de prépa à l’accouchement !

Et notre conseil : ne pas avoir peur de la contraction. Il faut l’accueillir et te dire qu’elle te rapproche de la rencontre avec ton bébé. Plus tu vas te détendre entre chaque contraction, plus ton utérus sera détendu lui aussi. Alors au lieu de te dire après chaque contraction qu’il va y en avoir une autre et que tu vas souffrir le martyr, profite de ce laps de temps pour te détendre et te reposer en attendant la prochaine. Facile à dire, on sait bien…

Et le dernier recours pour arrêter de souffrir : la PÉRIDURALE bien sûr… ! ?

FAIS-TOI CONFIANCE, tout va bien se passer, c’est promis. Et puis, n’oublie pas que c’est pour la bonne cause !
Enfin… c’est une bonne cause les réveils nocturnes, les gastros à répétition, ton môme de 3 ans qui te dira « maman tu sens pas bon », les listes de fournitures scolaires, tes ados qui videront ton frigo et qui pueront des pieds…?! Il parait que oui…


Et si tu as d’autres solutions miracles à partager, n’hésite pas à nous écrire !